L'ASPQ fait la promotion de l'autonomie et du respect du droit des gens à participer aux décisions qui les concernent, tout en croyant au maintien d'un juste équilibre entre les droits individuels et les droits collectifs. L'ASPQ contribue à la santé publique du Québec en favorisant l'émergence d'environnements propices à l'épanouissement du plein potentiel humain.
 
 
Imprimer
Retour à la liste

Communiqués et publications

 
6 décembre 2010 - Mémoire

GARANTIR L'ACCÈS : UN DÉFI D'ÉQUITÉ, D'EFFICIENCE ET DE QUALITÉ

Version PDF du mémoire

L'ASPQ a émis des réserves sur l'atteinte des résultats de la réforme en cours. Les succès notés sont encourageants mais les plus importants sont à venir et ne sont pas garantis. C'est pourquoi nous recommandons un suivi serré du processus d'implantation des modifications proposées dans les services de première ligne ou dans les services spécialisés.

Le moindre écart, non justifié par l'adaptation du processus aux réalités du terrain, peut avoir des effets d'entraînement néfastes quant aux résultats attendus. Par ailleurs, l'ASPQ se veut très critique face aux investissements en prévention et en promotion de la santé, un discours non appuyé par des investissements cohérents. Nous proposons que soient revisitées les stratégies de promotion de la santé, en lien avec la Charte d'Ottawa. Cette vision globale permettrait au gouvernement d'aller plus loin que la promotion des saines habitudes de vie, de rallier la mission sociale de l'état et la santé, de consolider sa présence financière dans la question du tabagisme et de développer un plan d'action visant à prévenir l'obésité et les conséquences associées.

L'ASPQ s'est intéressée à la consolidation des services de première ligne, en lien avec l'accès à un médecin de famille pour tous dans un délai raisonnable. Le partage optimal des tâches nous semble une avenue intéressante, à suivre de près dans son implantation, et nous a permis de revenir sur les services en périnatalité et la place oubliée de la sage-femme dans ce partage des tâches.

L'amélioration de l'accès aux services médico-hospitaliers nous préoccupent en raison de la hiérarchisation des soins et des corridors des services, centrée sur la communication entre les établissements. Nous proposons tout simplement de respecter la communication entre les services de première ligne et les soins spécialisés. Enfin, on déplore le fait que la question des listes d'attente pour des soins spécialisés occulte le délai d'attente pour les soins de première ligne, dont l'accès au médecin de famille. Dans ce contexte, nous avons de la difficulté à accepter l'option privilégiée par le gouvernement, la garantie d'accès couplée à un financement privé. La démonstration n'est pas clairement faite. De même, nous croyons qu'il n'est pas justifié pleinement de s'appuyer sur les présumés responsables de l'augmentation des couts pour justifier l'entrée du privé: là encore, les preuves ne sont pas concluantes.

Enfin, au regard du financement du système de santé et de services sociaux, nous nous en tenons principalement à la responsabilisation des partenaires sociaux et économiques et à l'économie à long terme par des investissements coordonnés en prévention et en promotion de la santé. Une série de recommandations est proposée.
 



 
Association pour la santé
publique du Québec
4126, rue St-Denis, Bureau 200
Montreal (Québec) H2W 2M5
Téléphone : (514) 528-5811
Télécopieur : (514) 528-5590
Courriel : info@aspq.org

 
DESIGN WEB = EGZAKT